LE RALLYE DES GÉNÉRATIONS REMP REMP L'UN DES PRESTIGIEUX PRIX RAC

Rallye du Globe est absolument ravi d'avoir été couronné vainqueur du prix de l'événement compétitif de l'année pour le Rallye des Générations 2022, lors d'une soirée de remise de prix glamour au Royal Automobile Club's Historic Awards à Londres.

Les juges ont dit :

"Le Generations Rally 2022 de Rally the Globe était bien conçu, organisé et exécuté. Il était conçu pour encourager les équipes de générations mixtes de tous les âges et niveaux d'expérience à profiter de leurs voitures anciennes et classiques de toutes formes et tailles sur des routes légendaires dans certaines des plus belles régions du nord de l'Angleterre. En tant qu'introduction au rallye classique, c'était superbe".

En tant qu'organisation qui vient de passer son quatrième anniversaire, et qui a passé deux de ces années dans l'ombre d'une pandémie, nous sommes honorés d'être reconnus non seulement pour l'événement, mais aussi pour le Rallye du Globe en tant que club et pour la fantastique équipe de nombreux individus talentueux et expérimentés qui ont travaillé ensemble pour organiser le Rallye des Générations, tant dans les coulisses que sur le terrain. Nous sommes également reconnaissants pour le soutien de tous ceux qui ont participé à l'événement et se sont investis à fond pour en faire un incroyable succès. 

Graham Goodwin, président du conseil d'administration, a déclaré : "Être présélectionné pour ce prix a été un véritable plaisir et une confirmation de l'innovation et de l'expérience qui caractérisent Rally the Globe. Gagner le prix est la cerise sur le gâteau et une belle confirmation que nous apportons une contribution sérieuse au sport du rallye historique. Nous avons parcouru un long chemin en peu de temps, mais nous ne sommes pas complaisants. Surveillez cet espace !"    

Mark Appleton, Directeur de Course, a ajouté : "L'idée du Generations Rally a germé dès les premières étapes de l'aventure de Rally the Globe, comme un moyen de partager notre merveilleux sport avec les jeunes membres de la famille, et nous sommes dans la lune en recevant ce prix. Recevoir de tels honneurs dans le cadre prestigieux du RAC, qui a nourri et influencé le développement du sport automobile et de l'automobile elle-même, rend ce prix encore plus spécial.  Le Rallye des Générations et RtG va de mieux en mieux et nous sommes impatients d'accueillir les équipages pour la deuxième édition dans quelques mois."

Félicitations à tous les gagnants et finalistes de cette fantastique célébration de l'automobile historique.

 

Photographie © - Rob Cadman

LE TRÈFLE "PARFAIT" DE L'OUEST DU PAYS SUSCITE L'ENTHOUSIASME POUR DE PLUS GRANDES AVENTURES EN 2023

- Fête de fin de saison sur les landes du Devon et des Cornouailles
- Quatre jours de compétition de conduite et de camaraderie conviviale 
- De quoi se mettre en appétit pour de futures escapades en Amérique et en Asie.
- L'explosion de la demande fait que certaines listes d'inscription pour 2023 sont déjà complètes.

Le splendide West Country Cloverleaf de la semaine dernière (24-27 octobre) a non seulement tiré le rideau sur un programme étincelant d'événements Rallye du Globe en 2022, mais a également aiguisé les appétits pour des aventures automobiles encore plus excitantes à venir.

Dans le sillage de la pandémie, le calendrier de cette année, astucieusement agencé, a commencé près de chez nous avec le rallye innovant Generations Rally dans la région des lacs anglais et a été rapidement suivi par des incursions toujours plus aventureuses, les voyages internationaux étant revenus à la normale.

L'immense succès de la Carrera España, qui s'est déroulée en grande partie dans les montagnes du nord de l'Espagne, a ouvert la voie à l'épopée du Rallye Globe, le défi d'Ypres à Istanbul, qui a traversé huit pays différents, les équipages s'affrontant depuis la capitale belge des rallyes, dans les Flandres, jusqu'au Bosphore et à la porte de l'Asie.

Sur la base de ces triomphes, les préparatifs de deux épreuves d'endurance de catégorie Marathon encore plus longues sont bien avancés. Avec le retour de l'enthousiasme pour l'exploration du monde à quatre roues, la première de ces épreuves - la course nord-américaine Alaska-Mexique (27 août - 26 septembre 2023) - affiche déjà complet, avec une liste de réserve. La seconde - la route vers Hanoi (27 janvier - 23 février 2024) - se remplit rapidement.

En attendant, l'agenda 2023 de Rally the Globe comprend également une répétition du Generations Rally (24-26 mars), le Vintage Shamrock (8-11 mai) organisé conjointement avec Irish Racing Green et le Carrera Riviera (4-15 juin). Le premier est déjà complet avec une liste de réserve, tandis qu'il ne reste que quelques places sur les listes d'inscription des deux autres.

Ouvrant la voie aux plaisirs à venir, le West Country Cloverleaf était basé à l'hôtel Endsleigh - l'ancien pavillon de chasse et de pêche du duc de Bedford, utilisé exclusivement pour trois nuits - avec des sections de compétition et de régularité dans les landes ondulées et la campagne idyllique du Devon et des Cornouailles.

Les inscriptions étaient réservées aux membres du club à but non lucratif, et le terrain de 19 places était rempli d'un large mélange de voitures anciennes et classiques (datant toutes d'avant le 31 décembre 1976), allant de la Bentley Supersports 1925 de Graham et Marina Goodwin à la Datsun 240Z 1973 d'Andrew et Shirley Laing. Un éventail impressionnant d'Aston Martin, de Jaguar et de Fraser Nash était également au programme, ainsi que d'autres icônes automobiles. Parmi les véhicules les plus diversifiés, citons une paire de Porsche 911, une Triumph TR3A, deux Fraser Nash-BMW 328 et une Chrysler 75 Roadster très particulière.

Après les vérifications techniques et les formalités administratives du matin, la journée d'ouverture comprenait des sections de compétition dans les Blackdown Hills automnales, sur le terrain de rugby des Exeter Chiefs et dans les régions sauvages de Dartmoor.

Le deuxième jour a été consacré à l'exploration de la campagne du Devon et a comporté cinq épreuves plus difficiles et deux régularités, ainsi qu'une excursion surprise en fin de journée au Dingles Fairground Museum où les équipes ont pu passer du bon temps sur les voitures dodgem, le train fantôme et les valses !

Le troisième jour a été le plus long - et le plus ensoleillé - du rallye. Le parcours spectaculaire de 153 miles comprenait quatre Tests et trois Régularités qui se déroulaient en grande partie du côté cornouaillais de la frontière et s'aventurait à travers les tors rocheux de Bodmin Moor jusqu'aux promontoires escarpés du royaume magique du Roi Arthur.

La dernière matinée a ramené les équipages sur un Dartmoor maintenant brumeux et via quelques tests supplémentaires au Mansell Raceway pour un déjeuner de remise des prix au Castle Hotel à Taunton.

Conformément à la tradition de "l'amusement avant tout" des épreuves plus détendues du Rallye du Globe, il n'y a pas eu de vainqueurs individuels. Le rallye, au contraire, a été divisé en équipes. Ces groupes aléatoires se sont ensuite disputés la première place en fonction du nombre total de pénalités accumulées en route et des temps réalisés par chaque membre de l'équipe.

Après quatre jours comprenant 15 tests et huit régularités, le quatuor expérimenté composé d'Andrew et Ann Boland (Jaguar XK150S 1960), Charles et Kit Graves (Jaguar XK150 1958), Neil et Peta Oatley (Lancia Fulvia 1967) et Keith Graham et Susan Hoffmann (Mercedes-Benz 280 SL 1969) est arrivé en tête du classement. Les résultats complets sont disponibles sur le site RallyeLeGlobe.com site web.

Plus important encore, tous les équipages ont été unanimes dans leur éloge de la sortie dans l'ouest du pays. Parmi les commentaires cinq étoiles, on peut citer : Merci à l'équipe du Rallye du Globe pour un brillant Cloverleaf", "Quel événement fabuleux et un public charmant" et "Un événement fantastique, une équipe formidable, du plaisir et des gens formidables".

Le directeur de course, Mark Appleton, était également ravi. "C'était la fin parfaite de l'année", a-t-il déclaré avec enthousiasme. "Nous avons construit l'aventure avec des rallyes à l'étranger de plus en plus ambitieux, il était donc agréable de revenir à la maison pour ce qui était à bien des égards un événement de célébration pour nos membres. Nous avons trouvé de l'or avec l'hôtel Endsleigh, qui nous a offert une base idéale pour explorer les régions les plus reculées de ce magnifique coin de l'Angleterre."

M. Appleton est encore plus heureux de constater la popularité croissante du style unique de Rally the Globe, qui propose des expériences de conduite de qualité aux propriétaires de voitures anciennes et classiques datant de 1976 ou avant.

"Un grand nombre de nos événements à venir, tels que la répétition des générations et ce qui sera certainement un marathon épique de l'Alaska au Mexique, sont déjà complets et les listes d'attente sont ouvertes. D'autres, comme le Vintage Shamrock et le Road to Hanoi, se remplissent aussi rapidement", a-t-il déclaré. "L'avenir est à la fois chargé et brillant !"

En effet, avec tant de grands événements en perspective, Fred Gallagher, le très respecté directeur du Rallye du Globe, n'a guère eu le temps de savourer les succès du West Country Cloverleaf. Il est déjà arrivé aux Etats-Unis pour terminer les préparatifs de l'incroyable aventure nord-américaine de l'été prochain, qui mènera les équipages des montagnes enneigées de l'Alaska aux plages tropicales de la péninsule de Baja.

LE RALLYE DES GÉNÉRATIONS SÉLECTIONNÉ POUR DEUX PRIX DE L'INDUSTRIE

Nous sommes ravis que notre Rallye des générations ait été sélectionné pour l'événement de sport automobile de l'année aux Historic Motoring Awards, ainsi que pour l'événement compétitif de l'année aux Historic Awards du Royal Automobile Club.

En 2021, notre série Cloverleaf a manqué de peu de figurer parmi les finalistes des Historic Motoring Awards Motorsport Event of the Year.

Cette année, notre Rallye des générations 2022 figure sur la liste des finalistes de la catégorie, ainsi que sur la liste des finalistes du RAC, et nous ne pourrions pas être plus heureux d'avoir une chance de remporter un prix reconnu dans le secteur. 

Le rallye du mois de mars a vu 73 voitures s'aligner sur la ligne de départ dans le Lake District, pour 3 jours sous un soleil radieux (non, vraiment !) à concourir avec les membres de leur famille. Tous les équipages étaient composés de membres de deux générations différentes, le plus jeune concurrent ayant tout juste 13 ans et le plus âgé plus de 80 ans. 

L'itinéraire couvrait les Yorkshire Dales, Lake District et Pennines et a donné à ceux qui n'avaient jamais participé à ce type d'événement l'occasion d'apprendre et d'affiner leurs compétences en matière de navigation et de conduite pendant ce long week-end.

La concurrence est rude cette année encore pour ces deux prix, mais nous avons hâte que les gagnants soient annoncés à Londres le 16 novembre pour les Historic Motoring Awards et le 24 novembre pour les RAC Historic Awards.

LE RALLYE MONDIAL AJOUTE DU LUSTRE AU TR TRÈFLE ÉTINCELANT

  • Un nouveau partenariat passionnant avec Irish Racing Green 
  • La vitrine du rallye vintage primé passe à la vitesse supérieure
  • Pré-inscription ouverte pour le prochain événement en mai 2023

Rally the Globe est ravi d'annoncer qu'il a été invité à s'associer à Irish Racing Green pour l'organisation du Shamrock Vintage Challenge, un événement annuel très apprécié des voitures d'avant-guerre, qui a été salué pour avoir redonné du plaisir aux rallyes en Irlande.

Mis en scène pour la première fois en 2018, The Shamrock est le fruit de l'imagination bien accueillie de trois personnes très expérimentées et enthousiastes : Mickey Gabbett, Michael Jackson et Shane Houlihan.

Leur passion commune pour la conduite de voitures légendaires en compétition sur les routes irlandaises remarquablement pittoresques et sans circulation a donné naissance à l'un des rallyes historiques les plus désirables et les plus agréables de ce sport populaire. En effet, dès sa deuxième année, l'événement a reçu le prix convoité de l'"Esprit de la FIVA" décerné par la Fédération Internationale des Véhicules Anciens.

L'année dernière, le Shamrock a attiré une cinquantaine de voitures. Les participants sont venus du monde entier avec leurs Alvise, Aston Martin, Bentley, Frazer Nash, Riley, Talbot et autres icônes de l'automobile ancienne, non seulement pour concourir, mais aussi pour savourer la célèbre hospitalité des Irlandais.

Le succès du caractère unique et de l'attrait gustatif du Shamrock a été tel que les fondateurs ont lancé l'idée d'un partenariat avec Rally the Globe afin de garantir la pérennité de l'événement.

En tant que club spécialisé - mais sans but lucratif - Rally the Globe apportera sa touche professionnelle dans des domaines clés tels que la promotion avant l'événement, la production du livre de route, la logistique sur l'événement et le support mécanique, tandis que l'équipe Irish Racing Green continuera à fournir l'inspiration et les connaissances approfondies pour produire des routes remarquables, des épreuves variées et cette étincelle supplémentaire qui est venue définir le Shamrock.

"C'est vraiment un scénario gagnant-gagnant". a confirmé Jackson. "Nous serons là pour partager le merveilleux esprit Shamrock que nous avons créé tout en profitant de l'expertise éprouvée de Rallye du Globe dans la gestion même de l'événement. De plus, nous savons à quel point Rallye du Globe partage notre passion pour le Shamrock, puisque plusieurs de ses figures de proue y ont participé de tout cœur les années précédentes." 

En effet, le président de Rally the Globe, Graham Goodwin (photo ci-dessus), et le directeur des opérations, Mark Appleton, ont tous deux terminé parmi les six premiers en mai de cette année, tandis que le directeur du rallye, Fred Gallagher (photo ci-dessous), a participé à la compétition en 2019. Gallagher est également originaire de Belfast et n'est donc pas étranger aux nombreux plaisirs que l'Irlande a à offrir.

"Pour de nombreuses raisons, je suis ravi que Rallye du Globe ait été invité à jouer un rôle aussi important dans l'avenir de ce qui est rapidement devenu l'un des rendez-vous incontournables du calendrier des rallyes de voitures anciennes et classiques". s'enthousiasme un Gallagher ravi.

"Le Shamrock n'a peut-être couru que trois fois, mais il s'est déjà, à juste titre, forgé une énorme réputation. La campagne est magnifique, les routes ouvertes ne sont jamais encombrées, les pubs sont fantastiques avec de la bonne Guinness et l'hospitalité irlandaise est mondialement connue - tous les bons ingrédients pour un rallye à l'ancienne parfait." 

"C'est un grand bravo pour Rallye du Globe que Irish Racing Green nous ait approchés pour établir ce nouveau partenariat". a ajouté Goodwin. "Comme j'en ai fait l'expérience moi-même au début de l'année, ils ont créé un énorme succès enrichi d'une merveilleuse bizarrerie irlandaise et maintenant, ensemble, nous allons construire encore plus sur ce qui a déjà été réalisé."

La date du printemps prochain pour le Shamrock - du 8 au 11 mai - a déjà été annoncée et tous ceux qui souhaitent s'assurer une place sur la liste de départ convoitée de 2023 peuvent se pré-enregistrer via les liens sur les sites Web de Rally the Globe et d'Irish Racing Green.

Bien qu'il y ait des espoirs d'augmenter un peu les inscriptions, le nombre de participants sera limité par les hébergements disponibles et, les événements Rallye du Globe atteignant souvent leur pleine capacité, les participants sont encouragés à s'inscrire rapidement.

LE DÉFI D'YPRES À ISTANBUL ANNONCE LE RETOUR DES AVENTURES ÉPIQUES EN VOITURE

  • Une incroyable escapade en Europe remet le rallye transcontinental sur la carte. 
  • Victoires pour les équipages de Porsche 911 classiques et de Bentley anciennes.
  • 20 jours de compétition exceptionnelle dans huit pays
  • Ouvrir la voie à de grands événements à venir en explorant l'Amérique et l'Asie.

Annoncée comme devant emmener les concurrents de la capitale belge du rallye aux confins de l'Orient, la dernière aventure incroyable de Rallye du Globe a été largement applaudie comme le plus grand succès du club à ce jour.

Le défi épique d'Ypres à Istanbul (13 juin-3 juillet), qui s'est terminé par une cérémonie de remise des prix bien méritée à bord d'un bateau naviguant sur le Bosphore le dimanche, n'était pas seulement l'épreuve la plus longue jamais organisée par Rally the Globe, mais aussi - et surtout - le signe du retour des grandes escapades automobiles transcontinentales pour les voitures anciennes et classiques après la levée des restrictions de voyage dues à la pandémie.

Cette aventure européenne bienvenue a également été un parfait tremplin pour le marathon Alaska-Mexique de l'année prochaine et le marathon Road to Hanoi qui suivra au début de l'année 2024. Illustrant l'enthousiasme refoulé des participants pour ces expériences extraordinaires qui améliorent la vie, le premier a déjà une liste d'inscription complète et une liste de réserve est ouverte.

Alimentant ces passions, le défi d'Ypres à Istanbul a traversé huit pays et a comporté près de 80 sections de compétition sur le spectaculaire parcours de 5 500 km. Les épreuves de la catégorie "Challenge" ont été disputées sur des surfaces en asphalte et en gravier, et ont souvent exploré les zones les plus reculées de ces régions.

L'action a commencé par des épreuves de régularité et de vitesse sur les routes bien signalisées des Flandres, avec des rappels poignants des batailles livrées entre 1914 et 1918, notamment une visite émouvante de la Porte de Menin. Après avoir quitté Ypres, les concurrents ont traversé les Ardennes et l'Eifel jusqu'aux vignobles de la Mosselle et du Rhin, avant de se reposer dans la belle ville de Prague.

L'itinéraire s'est ensuite dirigé vers le sud-est en passant par la République tchèque, l'Autriche, la Hongrie et la Roumanie - quatre pays en seulement cinq jours - avant une deuxième journée de repos pour réhydrater les voitures et rafraîchir les équipes à Bucarest.

Le dernier tronçon s'est ensuite dirigé vers l'est et s'est arrêté avant les rives de la mer Noire en empruntant une route tortueuse à travers les montagnes jusqu'à la frontière turque et à l'arrivée spectaculaire à Istanbul.

Parmi les nombreux points forts, citons les tests de vitesse organisés sur des circuits de course et de rallycross renommés, ainsi que deux tests mémorables qui ont attiré la foule sur des routes fermées dans le centre de la ville d'Arad en Transylvanie.

Comme toujours lors d'une épreuve du Rallye du Globe, les participants présentaient une magnifique sélection d'icônes automobiles d'antan. Parmi les 26 voitures alignées sur la place médiévale de la ville, devant le 13e arrondissement historique d'Ypres, se trouvaient des voitures de la série "B".th Le Cloth Hall du siècle était composé d'un ensemble de Bentley WO, d'une écurie de Porsche 911 pur-sang et d'un large éventail de classiques Mercedes.

Pour ajouter du piquant et de l'intérêt, l'inscription comprenait également un Range Rover ancien au grand cœur, une Alvis Firefly Special de 1933 peu connue et une Citroën 2CV 007 Special de 1982 pilotée par les Australiens courageux Phil et Laurette Macwhirter.

Si la camaraderie était toujours au rendez-vous, la compétition a été âprement disputée avec plusieurs changements de tête dans les catégories vétérans et classiques.

Clint et Dawn Smith dans leur Bentley 1925 étaient les meneurs de la classe d'avant-guerre, mais leurs espoirs ont été anéantis lors d'une journée 13 dramatique dans les montagnes des Carpates, dans le sud de la Roumanie. Leurs problèmes ont donné la victoire finale à Graham et Marina Goodwin, membres de l'équipage de la Bentley (photo de la sixième rangée ci-dessous). Andrew et Ann Boland ont pris la deuxième place dans leur Ford V8 décapotable 1936.

"On a failli tout perdre au début quand on a lâché la balle et qu'on a glissé loin dans le classement". a admis Goodwin. "Nous étions un peu abattus, mais nous savions que c'était une longue épreuve, et avec toute notre expérience des rallyes longue distance, nous avons décidé qu'il y avait suffisamment de temps pour se racheter - heureusement, nous avons eu raison !".

La bataille pour la tête des classiques a été encore plus acharnée, la Ford Mustang 1965 de Roy Stephenson et Mark Bramall échangeant plusieurs fois la première place avec la Porsche 911 1965 de Steve et Jenny Verrall. Malheureusement, à quatre jours de l'arrivée, la pony car américaine a été ralentie par des problèmes d'électricité.

La Mustang étant rentrée à la maison en boitant, le duel pour les honneurs de la deuxième place derrière la 911 victorieuse s'est vraiment intensifié. Après 20 jours de compétition, la Volvo PV544 de 1959 partagée par Mike et Lorna Harrison est arrivée à égalité avec la Ford Escort Mexico de 1973 d'Ean et Alison Lewin. La première n'a pris la deuxième place qu'en cas d'égalité, car sa voiture était la plus ancienne !

"Nous sommes ravis de cette victoire ; nous faisons toujours de notre mieux et nous prenons chaque jour comme il vient... mais rentrer à la maison en première place est quelque chose de très spécial", a admis le vainqueur Steve Verrall, qui est un grand amateur de Porsche depuis 35 ans. "L'événement était superbement organisé. Rallye du Globe est une équipe formidable et chaque jour s'est déroulé sans accroc".

Outre le classement général et les prix de classe, des prix discrétionnaires ont également été attribués. L'Esprit du Rallye a été remis à Renate Hanselmann et Lukas Ospelt qui, malgré le fait que leur voiture - une Ford modèle 91A de 1939 - n'avait parfois que trois roues, n'ont jamais cessé de sourire. Le trophée "Against all odds" a été décerné à Jean Vincent et Marcel Peumans dont la Bentley Speed Six a atteint Istanbul malgré l'explosion d'un segment de piston le tout premier jour et le démontage et la reconstruction du moteur pendant la journée de repos à Prague. Trois WO Bentley ont également remporté le prix par équipe.

De l'avis général, cependant, les plus grands gagnants ont été l'équipe du Rallye du Globe qui a réussi à organiser une autre aventure vraiment remarquable, dont une grande partie a été planifiée dans les circonstances mondiales les plus difficiles.

"Nous avons réussi à faire quelque chose d'unique ici en organisant un rallye hautement compétitif, mais incroyablement social, au milieu de l'Europe". s'enthousiasme Fred Gallagher, directeur de rallye très expérimenté de Rally the Globe et maître d'œuvre du défi Ypres-Istanbul.

"L'organisation d'un rallye à Istanbul était depuis longtemps un de mes rêves et, malgré tous les problèmes supplémentaires que nous avons dû surmonter, aujourd'hui, tout s'est réalisé". a ajouté un Gallagher ravi après avoir accueilli tous les intrépides arrivants avec le traditionnel drapeau à damier. "Je dois remercier toute l'équipe pour ses efforts extraordinaires, ainsi que notre incroyable groupe de marshals, de médecins et de mécaniciens itinérants. Nous n'aurions vraiment pas pu le faire sans eux."

Mark Appleton, le directeur de course, était également ravi du dernier exploit de Rally the Globe et se tourne déjà vers l'avenir.

"Il est clair qu'il s'agit d'un autre événement absolument exceptionnel qui a laissé les équipes désireuses d'en redemander". a déclaré Appleton. "Donc, maintenant, nous nous tournons vers le rassemblement d'une plus grande partie du globe avec l'année prochaine'de l'Alaska au marathon de Mexico et ensuite sur la route de Hanoi."

Vous pouvez voir les résultats finaux, les films et les photos en cliquant sur l'image ci-dessous.

CARRERA ESPAÑA HAILED AS RALLY THE GLOBE’S BEST YET

  • Une aventure spectaculaire à travers les montagnes du nord de l'Espagne.
  • Victoires pour les équipages de l'Aston Martin classique et de la Frazer Nash-BMW ancienne.
  • Les sites de l'UNESCO, les circuits de course et les hôtels Parador sont à la hauteur.   
  • Le défi d'Ypres à Istanbul se poursuit en juin 

Dans les montagnes spectaculaires du nord de l'Espagne, la sensationnelle Carrera España du Rallye du Globe (25 avril - 5 mai) a été acclamée comme le meilleur événement du club à ce jour, avec des routes incroyables, une compétition inspirante, un hébergement splendide et deux dignes gagnants.

L'Austin A90 Westminster 1955 d'Adrian Hodgson et Mark Bramall a pris le départ en trombe dans la catégorie classique, mais elle a été rapidement dépassée par les vainqueurs Alan et Tina Beardshaw dans leur Aston Martin DB5 de 1965 (photo ci-dessus).

De même, dans la catégorie Vintage, les pionniers Graham et Marina Goodwin à bord de leur Bentley Supersports 1925 ont dû se contenter de la deuxième place derrière la Frazer Nash-BMW 328 1937 de Martin et Olivia Hunt (photo du haut ci-dessous).

Les deux lauréats ne sont pas des étrangers au podium ; les Beardshaws sont arrivés en tête de la Carrera Iberia inaugurale du Rallye du Globe en 2019, tandis que Martin Hunt a remporté le récent Rallye des Générations organisé dans le Lake District anglais en début d'année... et les deux équipages étaient ravis de leurs derniers succès.

"Tina et moi sommes mariés et participons à des rallyes ensemble depuis 50 ans. Ce n'est pas seulement la meilleure épreuve du Rallye du Globe à ce jour, mais aussi le meilleur rallye auquel nous ayons participé. a prodigué les éloges du pilote Aston Martin ravi.

Hunt était tout aussi enthousiaste. "Nous avons suivi les plus belles voitures à travers des paysages espagnols tout simplement époustouflants et nous en avons apprécié chaque minute". qu'il a vanté.

Cet étonnant voyage de découverte de 3 000 km à travers les merveilles souvent méconnues du nord de l'Espagne est parti du joyau architectural de Barcelone, au bord de la Méditerranée, pour se terminer 11 jours plus tard à Santander, sur la côte cantabrique.

Offrant une compétition, une camaraderie et des délices culinaires exceptionnels, comme le promet une épreuve de type Carrera, le parcours bien conçu, entièrement asphalté, comportait 30 épreuves de régularité et 8 épreuves de vitesse, entrecoupées de haltes de nuit notables dans de magnifiques Paradors et d'anciens monastères bénédictins.

Tout a commencé à l'hôtel cinq étoiles Miramar, qui surplombe Barcelone et l'ancien circuit de Grand Prix de la ville dans le parc Montjuic, avec 30 participants impatients de prendre le départ. Il s'agit aussi bien de la grosse Bentley de 1922 de Gavin et Diana Henderson que de la Lamborghini Urraco P250S de 1976 des Italiens Enrico Paggi et Federica Mascetti.

Après un départ rapide sur l'actuel circuit de Formule 1 de Barcelone, la régularité a suivi dans les contreforts des Pyrénées. Le parcours s'est ensuite dirigé vers l'ouest, à travers la région de la Rioja et dans l'ancien royaume d'Aragon, avant un retour sur les routes de montagne dans les hautes sierras et une journée de repos bien méritée dans le site de Salamanque, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Une fois les voitures et les équipages rafraîchis, les participants se sont ensuite dirigés vers le fleuve Douro et la frontière portugaise avant de s'engager sur les routes sinueuses de la Galice.

Les deux derniers jours ont été consacrés à l'exploration des superbes routes à travers la vie rurale idyllique du parc national des Picos de Europa, peu habité.

Parmi les nombreux moments forts du voyage, citons les essais de vitesse sur le circuit de Navarre et le complexe sportif Fernando Alonso, ainsi que les vues sur l'extraordinaire aqueduc romain de Ségovie. Un fabuleux dîner de remise des prix dans le somptueux et exquis hôtel Eurostars Real de Santander a également été un moment fort.

En plus d'honorer les vainqueurs lors du dîner de gala, Rally the Globe a décerné deux prix discrétionnaires : le trophée "Against all Odds" a été attribué à Beat Erni et Barbara Mahrenholz pour avoir surmonté les problèmes de carburant dans leur Sunbeam Alpine 1963 et le prix "Spirit of the Rally" a été attribué à Chris et Rita Dillier pour leur attitude toujours joyeuse à bord de leur Ford Model A 1930 et au bar !

"Conduire à travers les sommets enneigés des Picos de Europa sous un ciel d'un bleu profond a été un final incroyable à ce qui a été un rallye incroyable - je ne pourrais pas être plus heureux ou plus fier de l'équipe". s'est réjoui Fred Gallagher, le très expérimenté directeur du Rallye du Globe, qui a dirigé Carrera España.

"Les gens sont toujours étonnés par le nombre de chaînes de montagnes qu'il y a en Espagne, toutes dotées d'excellentes routes sans circulation - on n'a vraiment que l'embarras du choix pour organiser de telles aventures. L'esprit dont ont fait preuve tous les équipages était tout simplement fantastique et j'ai vraiment hâte de les rencontrer à nouveau lors de nos prochains rallyes."

A quelques semaines de la prochaine rencontre du Rallye du Globe, Gallagher n'aura peut-être pas à attendre trop longtemps pour faire de nouvelles connaissances.

Le défi épique d'Ypres à Istanbul commence dans la capitale belge des rallyes à la mi-juin et emmène les équipages dans une escapade de trois semaines jusqu'au Bosphore, à l'autre bout de l'Europe.

Sous la bannière des catégories de rallye "Challenge" de Rallye du Globe, il sera un peu plus aventureux que la Carrera España, avec un parcours de 5 500 km comprenant une grande variété de routes exigeantes en gravier et non revêtues.

Alors que le calendrier de cette année, toujours dans le sillage de la pandémie, se concentre sur l'exploration de l'Europe, les plans sont plus globaux par la suite avec des événements marathoniens encore plus longs confirmés en Amérique du Nord et en Asie du Sud-Est.

Les inscriptions sont déjà ouvertes, ainsi que la possibilité de se préinscrire à la prochaine Carrera du Rallye du Globe - qui aura lieu en juin 2023, la très attendue Carrera Riviera traversera la belle France du nord au sud.

UN RALLYE INSPIRANT POUR LES NOUVELLES GÉNÉRATIONS ALIMENTE LES PASSIONS DE LA JEUNESSE

  • L'aventure familiale innovante de Rallye du Globe gagne de nouveaux admirateurs  
  • Trois jours de compétition sous le soleil dans le Lake District, les Yorkshire Dales et les Pennines.
  • Les équipages de Frazer Nash et d'Austin-Healey ont remporté des victoires éclatantes.
  • Un nombre important de jeunes participants - et de femmes - dont beaucoup participent à leur premier rallye. 
  • Susciter l'enthousiasme pour les prochaines escapades en Europe, en Amérique et en Asie.

Sous un soleil radieux, le tout premier Rallye des Générations de Rally the Globe (25-27 mars) a été salué comme un triomphe sur tous les fronts, notamment pour faire découvrir les merveilles de ce sport à un nouveau public, plus jeune. En effet, ce fut un tel succès qu'un autre événement a déjà été annoncé pour le même week-end en 2023 !

Alors que le rallye de l'année prochaine sera basé dans le nord-est de l'Angleterre, le premier Generations Rally était centré sur le poétique parc national anglais du Lake District et a également exploré les routes ouvertes et les paysages spectaculaires des Yorkshire Dales et des North Pennines.

Créé spécifiquement pour susciter la passion de futurs concurrents potentiels de rallye d'endurance - notamment les plus jeunes - cet événement innovant était ouvert aux équipages de pilotes/navigateurs de générations différentes dans les catégories de voitures anciennes et classiques. Le concept a été si bien accueilli que les 75 inscriptions se sont arrachées bien à l'avance, avec, une fois de plus, un nombre important de concurrents enthousiastes venus de l'étranger : La France, l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Irlande, l'Italie et la Suisse, ainsi que les États-Unis.

Il est remarquable de constater que près de 50 des participants étaient âgés de moins de 30 ans et qu'une grande partie de ces compétiteurs féminins étaient très motivés. Le plus jeune de tous était le fils de Pat Blakeney-Edwards, James, qui participait à son premier rallye à l'âge de 13 ans (photo ci-dessous FMC122).

Une fois la poussière retombée, la victoire dans le classement vintage est revenue au coureur rétro Martin Hunt et à son jeune copilote James Galliver à bord du roadster sportif Frazer Nash-BMW 328 de 1937 du premier (photo ci-dessus). Parmi les classiques plus récents, la victoire est revenue à Stephen et Alexander Chick dans leur belle Austin-Healey 3000 Mk1 de 1959 (photo du milieu, ci-dessous DSK 496).

Dans le droit fil du thème pionnier du rallye, Générations, les Chicks étaient un équipage père-fils, tandis que Galliver, 24 ans, est le meilleur ami d'école du fils de Hunt, Theo. En accord avec le thème familial, Theo lui-même a fait équipe avec sa mère Olivia pour terminer troisième de sa catégorie dans une autre des formidables Frazer Nash.

"C'était tout simplement fantastique", s'enthousiasme un senior de Hunt, naturellement ravi. "Le gros bonus, bien sûr, a été le temps incroyable, mais l'itinéraire était tout aussi spectaculaire - nous avons traversé des régions d'Angleterre dont j'ignorais l'existence.

Bien que, pour faciliter le passage des nouveaux venus dans le sport, le rallye ait été présenté comme "pas trop difficile", ce n'était certainement pas un livre de Ladybird ! A la fin, c'était assez compétitif, ce qui rendait les bons résultats d'autant plus gratifiants."

Pour permettre aux novices de se mettre rapidement à niveau, des séances de tutorat sur la navigation et les techniques de rallye d'endurance ont été organisées à l'avance et le format court de trois jours a été intelligemment conçu pour enthousiasmer les nouvelles recrues plutôt que de les alarmer.

Une fois toutes les formalités administratives et les vérifications mécaniques supervisées par des professionnels terminées le vendredi matin, le peloton complet de voitures accrocheuses s'est élancé sous un ciel bleu azur depuis le luxueux hôtel Low Wood Bay Resort & Spa, situé de manière idyllique sur les rives chatoyantes du lac Windermere.

Pour aiguiser les appétits, le parcours de l'après-midi offrait des vues merveilleuses depuis le sommet du Honister Pass et présentait aux nouveaux venus les défis des tests de régularité et de vitesse, ces derniers étant organisés sur la piste de karting de Rowrah.

L'itinéraire du samedi a proposé une série de défis un peu plus difficiles pour les navigateurs et les conducteurs. Un trajet inoubliable sur les routes vallonnées et désertes des Pennines du Nord, site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, a été suivi d'un déjeuner bien mérité au Bowes Museum de Barnard Castle. D'autres tests et régularités ont suivi rapidement avant une régularité finale encore plus délicate, basée sur la carte, qui demandait aux équipages de plus en plus confiants de tracer le chemin le plus court possible entre trois points marqués, tout en approchant et en repartant dans la bonne direction.

Pour permettre aux concurrents de partir en début d'après-midi, le programme du dimanche comprenait une courte matinée de régularités supplémentaires et de missions de navigation avant le déjeuner et la remise des prix au siège de l'événement, le Low Wood Bay Resort & Spa, où les participants ont été magnifiquement accueillis.

En plus des récompenses sportives très convoitées, deux autres prix discrétionnaires ont été décernés aux équipages qui ont le mieux saisi l'effervescence et la camaraderie contagieuse de l'événement. L'esprit du rallye a été attribué à Nick et Jessica Sleep dans leur Bentley Supersports et le trophée Against all Odds a été décerné à Rory et Ingrid Woodhouse pour leurs efforts remarquables à bord d'une Riley 12/4 Sports.

"C'était tout simplement un événement formidable", s'est réjoui Fred Gallagher, directeur de rallye très expérimenté de Rally the Globe. Le concept "Générations" s'est avéré être un véritable succès sur tous les fronts. De nombreux parents étaient non seulement ravis de partager leur passion pour ces aventures automobiles avec leurs enfants, mais aussi de passer du bon temps ensemble.

"Il a également été impressionnant de voir à quel point les jeunes esprits sont rapides et agiles pour traiter l'information et effectuer plusieurs tâches à la fois, souvent dans des conditions de stress et de vitesse. Beaucoup ont déjà attrapé le virus du rallye et sont très enthousiastes à l'idée de pouvoir mettre à l'épreuve leurs nouvelles compétences. Et après tout, c'est bien de cela qu'il s'agit avec Générations".

À sa grande surprise, M. Gallagher a été promu directeur de course de l'événement à la dernière minute, après que Mark Appleton, l'architecte créatif de l'événement, a malheureusement été testé positif au Covid quelques jours avant le départ.

"C'est grâce à l'excellent travail de Mark que tout s'est déroulé sans accroc ce week-end, et aussi grâce à la force de l'équipe Rallye Globe", a déclaré Gallagher, qui se concentre maintenant sur les trois prochains rendez-vous du calendrier du Rallye Globe, tous en Europe continentale.

La première épreuve est Carrera España (24 avril - 5 mai). Se déroulant selon le format très prisé de la Carrera de Rally the Globe, avec des surfaces asphaltées et des hôtels de luxe, elle explore le nord de l'Espagne à partir d'un point de départ dans la ville historique de Barcelone.

Couvrant près de 5 500 km, le défi suivant d'Ypres à Istanbul (13 juin - 3 juillet) est un peu plus aventureux, l'itinéraire vers l'est comprenant une grande variété de routes en gravier et non goudronnées.

L'année se termine ensuite avec le Vintage Dolomites (24 septembre - 2 octobre). Explorant le Tyrol autrichien et les Dolomites italiennes, elle est réservée exclusivement aux voitures de catégorie Vintage d'avant 1946.

Alors que le calendrier de cette année se concentre sur l'exploration de l'Europe, les plans pour la suite sont plus globaux avec des marathons en Amérique du Nord et en Asie du Sud-Est déjà annoncés. Les inscriptions pour ces événements - ainsi que pour la suite du Rallye des générations de l'année prochaine - sont déjà ouvertes.

Extraits vidéo du Rallye Générations 2022

SUR LA ROUTE VERS LES BORDS DE L'ORIENT

Conscients que le temps passe vite, nous avons décidé, à RtG, de poursuivre les reconnaissances pour le défi Ypres-Istanbul de cet été. Auparavant, nous avions couvert la section allant du départ jusqu'à la frontière tchéco-autrichienne, mais il restait encore un long chemin à parcourir.

Jim Smith et moi-même avons retrouvé notre fidèle Hilux de reconnaissance, Y1 RTG, à Prague dans la soirée du 3 janvier et avons procédé au premier d'un certain nombre de tests PCR COVID obligatoires. Avec la pandémie mûre à travers l'Europe et beaucoup de neige dans les différentes prévisions météorologiques, nous étions quelque peu sceptiques quant à la distance que nous pourrions parcourir. Le premier objectif était d'atteindre la frontière hongroise avec la Roumanie et la fin de l'espace Schengen avec le premier contrôle frontalier probable.

 

1er jour de reconnaissance (7e jour de rallye)

Nous avions déjà parcouru un itinéraire de Prague à Český Krumlov en août 2020, alors aujourd'hui il s'agissait de l'affiner. Le temps était gris et humide lorsque nous avons quitté Prague et nous avons rapidement décidé que la première régularité était beaucoup trop facile et l'avons supprimée. Les autres sections étaient cependant de première classe et, combinées à de superbes tests, elles constitueront un bon défi après la journée de repos. Notre hôtel de rallye étant toujours fermé, nous sommes restés dans la charmante ville de Budweis où la bière, bien sûr, était excellente.

2e jour de reconnaissance (8e jour de rallye)

Nous avons visité le site du patrimoine mondial de l'UNESCO, Český Krumlov, à la première heure le lendemain matin et avons commencé le road book depuis la place principale où se trouve notre hôtel de rallye. Nous avons commencé par une excellente section de gravier neuf, suivie d'un test assez long autour de quelques bâtiments de ferme. Puis une régularité jusqu'à un poste frontière éloigné en Autriche. Ce poste n'était pas surveillé, bien qu'il ne le soit pas sur l'événement, et nos tests PCR n'ont pas été contrôlés. L'Autriche était toujours aussi immaculée, même par un après-midi maussade, et une autre régularité décente sur des routes super lisses avant de descendre vers le fleuve Danube, qui sera notre compagnon fréquent pour les deux prochaines semaines.

3e jour de reconnaissance (9e jour de rallye)

Très tôt le troisième jour, la neige a commencé à tomber et ne s'est pas vraiment arrêtée. Les petites routes étaient impossibles et nous avons trouvé un charmant arrêt café dans une montagne. Gasthof nous sommes descendus dans la plaine et sommes entrés en Hongrie. Immédiatement après la frontière, l'aspect des villes, des villages, des fermes, des routes et des gens était totalement différent de ce que nous avions vu auparavant. La ville de Koszeg possède une jolie place et nous nous sommes arrangés pour que les voitures y soient garées pendant que les concurrents déjeunent dans l'un des restaurants adjacents. Des régularités forestières et une intrigante épreuve de gravier nous ont conduits à Sumeg et à notre hôtel.

4e jour de reconnaissance (10e jour de rassemblement)

Nous nous sommes réveillés avec un ciel bleu sans nuage et des températures glaciales. L'après-midi précédent, nous avions visité un formidable circuit de course permanent et essayé de le louer pour un essai à la fin du jour 9. Cela n'a pas été possible, mais un accord a été trouvé pour ouvrir la journée 10 avec ce circuit. Nous sommes donc revenus sur nos pas pour l'intégrer au parcours. La matinée promet d'être chargée avec le circuit, une piste de Rallycross et une régularité de gravier d'essai avant un déjeuner dans un café avec vue sur le lac Balaton. Après le déjeuner, nous sommes dans la Grande Plaine Hongroise où, comme prévu, la campagne est plate, et les routes sont droites. Juste à la sortie de la ville de Pecs, grâce à nos amis du club automobile local, nous espérons avoir une courte montée suivie d'une régularité sinueuse et merveilleusement vallonnée. Pecs, prononcée "Pech", a été fondée par les Romains et regorge d'une architecture merveilleuse. Nous avions prévu que le rallye se poursuive jusqu'à Szeged mais Pecs était si charmant que nous avons décidé d'y terminer la journée. Nous serons répartis entre deux hôtels, l'un très grand mais un peu défraîchi, l'autre moderne et lumineux. Les deux sont à quelques pas de la place principale où nous espérons pouvoir garer nos voitures pour la nuit.

5e jour de reconnaissance (11e jour de rassemblement)

Un peu à l'écart de la ville, nous avons trouvé une longue régularité sinueuse avant de redescendre vers la plaine, où tout était enveloppé de brouillard. Nous nous sommes arrêtés à Baja, toujours sur le Danube. Cette ville est connue de Mark Appleton et de moi car elle était une étape du rallye Londres-Capetown de John Brown en 1998. Nous nous sommes arrêtés à notre choix initial pour le rallye, le Novotel de Szeged, et à ce moment-là, la neige tombait abondamment, tout était enveloppé de brouillard et les cartes étaient sorties pour aider à assembler le nouveau plan.

6e jour de reconnaissance (12e jour de rallye)

De Szeged, il n'y avait qu'un court trajet jusqu'à la frontière roumaine où, une fois nos certificats de vaccination COVID scannés, nous étions rapidement en route. Notre plan initial prévoyait que le rallye fasse un test ou deux près de la ville d'Arad, puis qu'il dorme à Timisoara. Cette dernière ville s'est avérée être entourée de kilomètres d'entrepôts industriels et après avoir vu un hôtel décent à Arad, les plans ont été changés une fois de plus.

Recce Day 7 

Jim et moi avons passé deux nuits à Arad pour me permettre de rattraper mes notes de route, mes cartes et mes plans futurs. Nous sommes entrés en Roumanie, ce qui ressemble déjà à une victoire, et dans la soirée, nous avons trouvé un pub très agréable rattaché à une micro-brasserie avec de la nourriture décente et pas de goulash à voir. Le bonheur !

8e jour de reconnaissance (12e jour de rallye)

De retour à Arad, où les rues étaient glacées, nous avons cherché un fonctionnaire de la ville pour nous aider à organiser les choses dans la région. On m'a envoyé de bureau en bureau et j'ai vu des niveaux de bureaucratie que je croyais disparus avec la chute du communisme. Finalement, après 90 minutes de files d'attente et de haussements d'épaules désintéressés, j'ai trouvé une charmante femme multilingue qui travaillait directement pour le maire. Après une visite de l'hôtel de ville, plutôt grandiose, nous sommes repartis sur des routes enneigées, heureux de savoir qu'Arad allait travailler pour nous. L'après-midi s'est amélioré de plus en plus ; une énorme et longue section à travers une forêt a été suivie d'un incroyable pavillon de chasse au milieu de nulle part. Il y avait beaucoup de gravier séduisant, mais avec la lumière du jour qui diminuait rapidement à cause du temps perdu le matin, nous avons abandonné à contrecœur et nous nous sommes dirigés vers notre hôtel très accueillant à Sibiu.

9ème journée de reconnaissance (12/13ème journée de rassemblement)

Avec tout sous une épaisse couche de neige, nous sommes partis pour couvrir la fin de la 12ème journée de rallye en sens inverse avant de revenir pour prendre les notes du road book. La neige devenait de plus en plus épaisse et au moment où nous envisagions de faire demi-tour, nous nous sommes retrouvés coincés, et pour cause. Il faisait moins neuf degrés et il a fallu une heure entière avant que nous puissions enfin obtenir un peu de traction d'un poteau en bois coincé sous la roue avant droite. Enfin libres, nous avons fait demi-tour, envisagé de boire un brandy pour nous réchauffer, mais avons décidé que la section montagneuse du Rallye 13 pouvait être explorée. Et quelle section c'était. La Transalpina est la plus haute route de Roumanie, construite par les militaires en 1938 et ouverte à la circulation en 2012, bien que pour des raisons de sécurité elle soit toujours fermée de 18h00 à 08h00 chaque nuit. Les vues étaient spectaculaires et nous avons découvert quelques sections de régularité en gravier pour maintenir le niveau de compétition élevé.

10e jour de reconnaissance (13e jour de rassemblement)

Aujourd'hui, nous sommes descendus des montagnes pour rejoindre la plaine en direction de la capitale, Bucarest, mais pas avant d'avoir découvert quelques routes secondaires intéressantes et quelques sites d'essai. Notre arrivée à Bucarest a été étonnamment simple et le luxe de l'hôtel JW Marriott a été très apprécié après de dures journées sur la route.

11e jour de reconnaissance (14e jour de rassemblement)

Une autre journée à mettre de l'ordre dans les notes, à obtenir l'habituel test PCR pour la Bulgarie, et à manger de la bonne nourriture est passée en un éclair. Pour la première fois, nous avons commencé à penser qu'Istanbul pourrait être réalisable. Et même s'il faisait encore très froid, la neige était partie.

Jour de reconnaissance 12 (Jour de rassemblement 15)

Avant de quitter la ville, nous avons emprunté la route du rallye pour passer devant l'impressionnant Palais du Parlement, réputé être le bâtiment le plus cher du monde, construit sur les ordres de feu le dictateur socialiste Nicolae Ceaușescu. De là, nous nous sommes dirigés vers le nord, vers un excellent circuit de karting sur le périphérique de la ville, avant de nous précipiter vers le sud, à la frontière bulgare, située sur les rives de notre vieil ami, le Danube. Encore une fois, personne ne voulait voir nos coûteux tests PCR, mais comme d'habitude, nous avions besoin d'une preuve de vaccination. La Bulgarie est encore une fois très différente, avec pratiquement tous les panneaux indicateurs en alphabet cyrillique et une architecture très soviétique, du moins au début. Au milieu de nulle part, nous avons trouvé un vignoble où nous avons pris le déjeuner et récupéré les éventuels retards à la frontière. Nous avons passé l'après-midi à chercher, souvent en vain, de bonnes sections de gravier avant de toucher le gros lot près de la vieille capitale de Veliko Tarnovo et de notre hôtel pour la nuit.

13e jour de reconnaissance (16e jour de rassemblement)

Nous avons été rejoints après le petit-déjeuner par notre ami bulgare Damian Kirov, qui réalise la grande majorité des road books de RtG, et son ami Viktor. Leurs connaissances locales allaient se révéler précieuses au cours des prochains jours. Avant un splendide lieu de déjeuner, ils avaient déjà identifié un test potentiel de route fermée, deux belles régularités et une piste de karting spacieuse. La journée s'est terminée par une autre régularité et une visite du seul circuit de course permanent de Bulgarie, à la périphérie de Plovdiv, notre domicile pour les deux prochaines nuits. Avant de quitter le parking, Viktor a insisté pour que nous goûtions à la Rakia locale, la boisson nationale du pays. Une recherche sur le site web national a révélé le joyau suivant - Un fait important dont très peu d'étrangers sont conscients est que les Bulgares sont de gros buveurs, et que ce n'est pas une bonne idée d'essayer de boire autant qu'eux.

Le lendemain matin, Jim et moi avons regretté de ne pas avoir suivi ce conseil !

14e jour de reconnaissance (17e jour de rassemblement)

Aujourd'hui, nous avons fait une boucle à travers les hautes montagnes à l'ouest de Plovdiv. La neige était de nouveau au rendez-vous et les paysages étaient spectaculaires. Nous avons identifié de belles routes ainsi que des haltes café et déjeuner. Damian a la tâche de les assembler dans les semaines à venir. Nous avons passé notre dernière nuit en Bulgarie dans un hôtel très confortable et nous nous sommes endormis en réalisant qu'Istanbul n'était plus qu'à trois jours d'ici.

15e jour de reconnaissance (18e jour de rassemblement)

Damian nous a montré quelques régularités intéressantes de l'asphalte juste à l'extérieur de la ville avant de nous diriger vers l'est, en direction de la Turquie. Puis nous avons découvert l'un des points forts de l'événement, une boucle de 45 kilomètres de routes désertes, montagneuses et sinueuses, avec quelques sections de gravier pour faire bonne mesure. C'était à couper le souffle ! Avant que nous ne fassions nos adieux à Damian, il avait une dernière découverte à nous faire : un hôtel-restaurant splendide, à l'écart, où le chronométrage de la journée se terminera et où un déjeuner barbecue en plein air est prévu. L'homme que nous avons rencontré là-bas parlait bulgare et géorgien, ayant travaillé pendant un certain temps à Newcastle, dans le nord-est de l'Angleterre ! L'entrée en Turquie a pris un peu plus de temps que prévu, mais nos amis du club automobile d'Istanbul nous ont recommandé une traversée beaucoup plus tranquille et nous l'utiliserons pour l'événement. Et donc, nous avons finalement atteint la Turquie. Le bar et le restaurant de l'hôtel du rallye étaient toujours fermés, mais on nous a recommandé un splendide établissement local où un grand assortiment de meze, de brochettes et de côtelettes grillées et une bonne bouteille de vin local revenaient à presque 20 € !

16e jour de reconnaissance (19e jour de rassemblement)

La course matinale vers les rives de la mer de Marmara ne semblait pas prometteuse sur la carte, mais nous avons découvert que la plupart des routes secondaires étaient en gravier et rappelaient parfois l'Afrique de l'Est. Une section de contrôle du temps est prévue. A Tekirdag, nous avons trouvé un excellent endroit pour le café du matin avant une merveilleuse route longue et sinueuse qui longe la côte. Elle est suivie d'une longue montée en gravier qui devrait être plus facile en été qu'elle ne l'était sous la glace de janvier. Nous avons traversé Gallipoli dans les Dardanelles avant de prendre un court ferry pour Canakkale et notre dernière nuit d'arrêt dans un bel hôtel avec un restaurant de poisson sur le toit.

Journée de reconnaissance 17 (Journée de rassemblement 20)

Tôt le lendemain matin, nous avons trouvé une régularité surprenante dans les collines en passant deux barrages. La section commençait plutôt doucement et Jim a commenté "Too damned easy" avant que la navigation et la conduite ne deviennent un peu plus délicates. La section s'appellera "Two Dam Easy ?"! Après avoir regagné la côte, nous avons découvert une longue section de gravier très difficile à l'est de Bandirma. Les conditions n'étaient pas toujours idéales en janvier et il appartiendra à la voiture de 48 heures de décider si cette section est accessible, mais si c'est le cas, ce sera une fin de rallye formidable. Le ferry prévu pour rejoindre le cœur d'Istanbul a été annulé mais nous sommes rentrés avant la nuit, fatigués mais ravis de ce que nous avions accompli. 

Ça va être une sacrée aventure. Nous espérons que vous pourrez vous joindre à nous !

RALLYE DU GLOBE LANCE DE NOUVEAUX ÉVÉNEMENTS EN AMÉRIQUE DU NORD ET DANS LES DOLOMITES

Rassembler le monde sont heureux d'annoncer un nouveau "marathon" incroyable pour les voitures anciennes et classiques en 2023, qui verra les équipages parcourir 12 000 km vers le sud, depuis les vastes étendues sauvages, la faune unique et les paysages saisissants de l'Alaska jusqu'aux plages tropicales de la péninsule de Baja au Mexique.

L'itinéraire extraordinairement varié traversera des routes asphaltées et gravillonnées bordées de montagnes enneigées, de vastes paysages ouverts, de paysages alpins, de déserts accidentés, de canyons anciens, de formations rocheuses imposantes, de belles plages, de dunes de sable géantes et de villages de pêcheurs tranquilles. Avec des journées sans conduite passées à Whitehorse et Osoyoos (Canada), Moab et Palm Springs (États-Unis), les concurrents auront le temps de prendre un repos bien mérité et de réfléchir à leurs expériences inoubliables avant que le paysage ne se transforme à nouveau.

Trois pays, le franchissement de 38 lignes de latitude en 30 jours et un voyage inoubliable. Emportez votre détermination, votre esprit de compétition et votre sens de l'aventure.

Notre très attendu Vintage Dolomites, réservé aux voitures d'avant-guerre, est désormais ouvert aux inscriptions. L'événement comprendra huit jours d'exploration des routes et des paysages incroyables des Dolomites italiennes et des Alpes autrichiennes, avec un départ et une arrivée près d'Innsbruck.

Avec des séjours de plusieurs nuits à Bolzano et à Cortina D'Ampezzo, vous aurez le temps de découvrir les restaurants locaux, tandis qu'une journée sans conduite à Cortina sera l'occasion d'effectuer des travaux d'entretien et de réparation, de visiter le spa de notre luxueux hôtel ou de vous promener dans cette station balnéaire chic.

L'événement comprendra des sections de régularité sur des cols alpins moins fréquentés, qui seront simples les premiers jours mais deviendront progressivement plus difficiles, des tests de conduite à divers endroits et du temps pour profiter de cette région unique.

Alors que la crise du coronavirus se poursuit et que les troubles se poursuivent au Myanmar, la décision a été prise de reporter d'une année supplémentaire le marathon de la route de Hanoï, qui partira de Ho Chi Minh Ville (anciennement Saigon) début 2024.

Le Myanmar n'étant actuellement pas sûr pour les voyageurs internationaux, la nouvelle ligne passera plus de temps au Viêt Nam et en Thaïlande qu'il n'était possible à l'origine, afin d'explorer les superbes montagnes et côtes, et ajoutera désormais le Cambodge aux pays à visiter, tout en continuant à s'aventurer dans le pays moins exploré du Laos.

Cet itinéraire de 8 500 km regorge de joyaux, dont Angkor Wat, Chiang Mai, le Mékong, la piste Ho Chi Minh, Sa Pa, le col de Tram Ton et la baie d'Halong.

Tous les événements ci-dessus sont ouverts aux inscriptions dès maintenant. Vous pouvez voir plus de détails sur chaque événement et demander un formulaire d'inscription en cliquant sur les liens ci-dessous.

DES RIVES DE LA MÉDITERRANÉE À LA CÔTE ATLANTIQUE

Jour 1

Jim Smith et moi nous sommes retrouvés un mardi matin de la fin octobre sur le front de mer d'une Barcelone très ensoleillée. Après un café rapide avec notre "fixateur" local Pepe, nous avons examiné deux ou trois hôtels potentiels, Jim s'occupant des zones de stationnement très importantes et moi des "installations et équipements".

Le lendemain matin, après une course facile hors de la ville, nous nous sommes retrouvés au Circuit de Catalunya, où se déroule le Grand Prix d'Espagne de Formule 1, où nous avons reçu un accueil fantastique. Nous ne sommes pas prêts à révéler quelles seront nos activités sur le circuit, mais le plaisir est garanti.

De là, nous avons rapidement rejoint les montagnes et la première section de régularité de l'événement, en grimpant sur le parcours de la course de côte du Montseny. Lorsqu'il a été utilisé pour la dernière fois pour le championnat européen dans les années 1970, la moyenne des victoires était de plus de 105 km/h, ce qui est difficile à comprendre étant donné la nature tortueuse de la route.  Il va de soi que vous voyagerez à une vitesse plus modérée.

Nous avons vérifié un autre circuit de karting et de régularité avant un splendide déjeuner dans un restaurant de campagne magnifiquement caché. Après un rafraîchissement, nous avons trouvé une dernière section de régularité sur le Coll de Jou, et un autre test potentiel juste à côté de notre halte de nuit dans un hôtel luxueux au pied des Pyrénées. Nous avons dîné satisfaits, sachant que le rallye allait commencer sous les meilleurs auspices.

Jour 2

Notre deuxième matinée a très bien commencé avec une autre régularité montagneuse. Nous avons ensuite cherché en vain un arrêt café matinal dans une ville de taille importante. Ayant renoncé, nous avons trouvé une station-service convenable avec un restaurant de bonne taille attenant et les dispositions ont été prises rapidement. 

Presque immédiatement après, nous avons trouvé une route indiquée comme étant en gravier sur la carte, mais qui avait été fraîchement recouverte d'asphalte et qui avait le potentiel d'être une section difficile. Nous avons continué jusqu'à la prochaine ville importante, à plus de 40 kilomètres, pour découvrir que l'unique route de sortie était fermée, et qu'elle le resterait probablement pendant le mois suivant. À contrecœur, nous sommes revenus sur nos pas pour découvrir que la déviation permettait un itinéraire encore meilleur !

Un déjeuner barbecue avait été prévu pour le rallye et il semblait impoli de ne pas y goûter nous-mêmes avant de nous attaquer au Puerto de Serrablo, haut de 1291 mètres. Une section de liaison très variée nous a ensuite conduits à un fascinant Parador dans un village isolé où le maire a promis de venir nous accueillir.

Troisième jour

Une sortie divertissante de l'hôtel nous a amenés au circuit de Navarre, seul point commun avec notre Carrera Iberia 2019 réussie. Après une inspection complète des installations, nous avons décidé que le grand circuit de karting était beaucoup plus à notre goût que le circuit utilisé précédemment et un accord a été rapidement conclu. 

Puis nous avons roulé à travers de magnifiques vignes avec de hautes montagnes à notre droite et des vues tout autour. La dernière fois que nous sommes venus dans cette région, nos amis du consortium viticole CVNE nous ont accueillis à Viña Real pour le CTM de fin de journée, mais cette fois-ci, nous avons été invités à déjeuner à leur siège à Haro. Le cadre est spectaculaire et le repas promet d'être l'un des temps forts gastronomiques de l'événement.

Un parcours relativement court dans l'après-midi nous a permis de grimper à plus de 2000 mètres d'altitude où nous avons vu des chevaux sauvages avant de redescendre au Parador moderne de Soria après une autre excellente journée. Notre seule inquiétude à ce stade était de savoir si nous serions capables de maintenir ce niveau élevé pour le reste du rallye.

Quatrième jour

Nous avons commencé la journée par une paire de régularités, dont la deuxième comporte plus de carrefours que ce que l'on trouve habituellement en Espagne et promet de garder les navigateurs occupés. Puis un bel hôtel ancien pour un café au milieu d'un village pavé dont la place principale est fermée spécialement pour nous.

La matinée s'est terminée sur un splendide circuit où l'œil d'aigle de Jim a remarqué le potentiel d'un deuxième essai sur le site. Nous nous sommes ensuite dirigés vers un excellent lieu de déjeuner où le seul problème, toujours non résolu, est d'expliquer qu'un menu dégustation de sept plats avec des accords de vins est un peu extravagant pour un déjeuner de rallye - même sur une Carrera !

Nous avons volontairement écourté l'après-midi pour permettre aux concurrents d'explorer la ville de Ségovie, relativement inconnue mais spectaculaire, avec son étonnant aqueduc romain et son imposante place. L'hôtel cinq étoiles moderne de la nuit est parfaitement situé pour visiter tous les sites à pied.

Jour 5

Aujourd'hui, c'était la Toussaint et, pour une fois, il y avait un peu plus de trafic que d'habitude sur les routes espagnoles. En fait, tout le monde semblait se diriger vers notre arrêt déjeuner prévu, qui était tellement occupé que nous avons décidé de prendre des dispositions à notre retour au bureau.

Nous avons découvert deux incroyables régularités longues et sinueuses de part et d'autre du déjeuner, dont les mérites seront probablement débattus tard dans la nuit lorsque nous arriverons à notre hôtel spectaculairement situé à Salamanque, à la veille de notre journée de repos bien méritée.

Jour 6

A l'image du rallye lui-même, nous sommes restés deux nuits à Salamanque. Jim a lavé le camion pendant que je rédigeais quelques notes avant de m'aventurer dans la vieille ville. Une pluie torrentielle continue a fait que nous avons passé plus de temps blottis sous un parapluie avec un verre de vin blanc local qu'à faire du tourisme, mais c'était bien d'avoir quelques heures de repos.

Jour 7

En janvier dernier, lorsque je passais mon temps à préparer l'itinéraire, le divertissement semblait difficile à trouver pour cette journée particulière. Heureusement, la réalité s'est avérée quelque peu différente.

La journée a commencé par un parcours rapide de 90 kilomètres à travers la plaine espagnole, presque jusqu'à la frontière avec le Portugal que nous allions contourner pour le reste de la journée, et même à un moment brièvement traverser.

Nous avons été surpris et ravis de trouver un excellent tronçon de régularité qui se terminait sur les rives du fleuve Duero, ou du Douro comme on l'appelle au Portugal. Nous avons ensuite passé plus d'une heure à chercher en vain un arrêt café sur les rives du fleuve. Enfin, nous avons trouvé un hôtel décent qui, bien que fermé pour la saison, est prêt à nous accueillir à notre arrivée en mai.

Un autre chemin sinueux et régulier, suivi d'un troisième qui passe par un étonnant pont métallique sur le Duero, nous a ramenés à la frontière portugaise. En la traversant brièvement, nous avons traversé deux villages d'aspect presque médiéval et, à chaque fois, nous étions convaincus d'être sur la mauvaise route. Un panneau en bois rugueux indiquait "España" et avant même de nous en rendre compte, nous étions sur la route de Puebla de Sanabria et de notre simple mais confortable Parador dans le village.

Jour 8

La journée a commencé par des routes de montagne désertes et il y avait une vraie sensation de "milieu de nulle part". Quelques mines d'ardoise abandonnées ont donné à la matinée un air gallois, mais ne nous ont pas préparés à la plus grande mine en activité qu'aucun de nous n'avait jamais vue ! Cela a continué pendant environ 20 kilomètres avant que nous descendions à O Barco pour le carburant dont nous avions besoin.

Une courte régularité au départ de Prada nous a permis de déjeuner dans un agréable restaurant à côté d'une station-service, avant un court trajet l'après-midi sur des routes secondaires suivant le cours de la spectaculaire rivière Sil. Notre hôtel pour la nuit sera le magnifique Monasterio de Ribas de Sil où nous dormirons dans les anciens dortoirs des moines, mis à jour avec tout le confort moderne.

Jour 9

Le lendemain matin, nous sommes restés sur les routes secondaires pour éviter la circulation aux heures de pointe autour d'Ourense. Nous savions qu'il y avait un circuit de karting dans les environs, mais ni les cartes ni le Satnav ne nous ont révélé son emplacement. Finalement, nous avons dû passer un appel plaintif au directeur du circuit qui est venu nous guider. Nous étions à moins de 500 mètres du circuit sans nous en rendre compte et nous avons perdu une bonne heure dans le processus. Néanmoins, c'était une belle découverte et le circuit accueillera un test passionnant.

Une régularité de la montagne nous a permis de trouver une super petite halte pour le déjeuner appelée Catro Ventos, les quatre vents, et ils semblaient tous souffler en même temps que nous étions là ! Une simple course de l'après-midi nous a ensuite conduits à Corias et à un autre monastère. Plutôt morne à l'extérieur, l'intérieur était une révélation. Une belle bibliothèque, un musée fascinant retraçant l'histoire du site, une salle à manger raffinée et de grandes chambres confortables ont contribué à un séjour mémorable.

Dixième jour

L'avant-dernier jour a toujours été prévu pour être court. Quelques régularités intéressantes nous ont conduits à la périphérie d'Oviedo et au musée et circuit Fernando Alonso. Le contact avait déjà été pris et nous avons été chaleureusement accueillis par le directeur du circuit, Riccardo.

Après une visite approfondie du site, il a été prévu d'organiser un test intéressant suivi du contrôle de fin de journée. Ensuite, quelques "activités" facultatives qui doivent rester secrètes pour l'instant, avant le déjeuner sur place. Bien entendu, une fois la compétition formelle de la journée terminée, les participants seront libres de se rendre dans notre opulent hôtel du centre-ville, même si nous pensons que peu d'entre eux seront capables de s'en détacher. L'hôtel Oviedo est le troisième monastère d'affilée et de loin le plus grandiose. Situé au cœur de la ville, il constitue un excellent point de départ pour explorer la capitale des Asturies.

11ème jour

Les concurrents seront enchantés par le paysage spectaculaire du dernier jour de l'événement, mais nous n'avons rien vu de tout cela. Un brouillard épais, des pluies torrentielles, puis une neige profonde à plus de 1500 mètres d'altitude ont fait de cette journée un véritable test pour nous. Nous avons trouvé un charmant petit café tenu par un jeune couple très enthousiaste qui a pu au moins nous montrer des photos du paysage.

Nous avons identifié une halte déjeuner appropriée et, lorsque la visibilité s'est améliorée, une splendide piste de karting pour le dernier élément compétitif de la Carrera España 2022.  De là, il n'y avait qu'un court trajet en voiture jusqu'au magnifique hôtel Real de Santander, où l'histoire du Rallye du Globe a commencé en 2019 et qui accueillera cette fois l'arrivée et la remise des prix. 

Dans l'ensemble, ce fut un voyage très satisfaisant et l'itinéraire et les arrangements se sont déroulés encore mieux que ce à quoi nous nous attendions, nous laissant enthousiastes pour l'événement lui-même.  Plus de la moitié des places disponibles ont déjà été prises, alors si vous envisagez de nous rejoindre, écrivez-nous à l'adresse suivante info@rallytheglobe.com .